Questions et réponses


Général

  • Pourquoi choisir pour sabre?
      Kaneie Sword Art est l'une des rares entreprises modernes de production de sabre qui d�pendent presque exclusivement sur ??les m�thodes de travail traditionnelles.
      La forge a re�u une �ducation de formation classique des artisans japonais qui ont abouti ? des �p�es de production les plus traditionnellement con�us.
      Les sabres de Kaneie contiennent les moindres d�tails habituellement seulement retrouv�es sur des Nihonto.

      Le niveau de notre savoir-faire a �tonn� les collectionneurs de sabres exp�riment�s ainsi que des �tudiants avanc�s d'escrime japonaise.

      Certains aspects importants de la qualit� *
      - polis Keisho hadori or sashikomi traditionnel
      - trempe s�lective avec ashi (lignes sur le hamon pour emp�cher les grands �clats)
      - Hiraniku (tranchant convexe)
      - ligne yokote bien ex�cut�
      - tsuka-ito japonais (coton & soie) et tsuka-gawa (su�de ou cuir)
      - koshirae & tosogu import� du japon (ornements de sabre)
      - Habaki avec machigane (pour supporter le hamachi)
      - munemachi / hamachi au m�me niveau
      - hishigami en papier de riz pli�
      - Honoki / kiri wood tsuka and saya


      * S'il vous pla�t voir les d�tails/sp�cifications des sabres pour les d�tails exacts de votre sabre.
  • Terminologie des pièce d'un sabre
      Cliquez sur l'image pour aggrandir
  • Mesures de sabres
      Traditionnellement, les sabres japonais sont mesurés en shaku, en sun et en bu.
      Le «système shaku" fonctionne - tout comme le système métrique - avec des décimales. La principale différence est que l'unité de base d'une mesure est de 3,03.
      Cela nous donne le tableau de conversion ci-dessous.
      1 shaku: 30.3 cm
      1 sun: 3.03 cm
      1 bu: 0.303 cm (3.03 mm)

      Le Nagasa est la spécification la plus importante d'un sabre (lame). Ceci est considéré comme la longueur, malgré que ce n'est pas toute la longueur du sabre.

      Vous pouvez calculer le Nagasa en mesurant la distance entre le mune-machi (dos de la lame qui se trouve ? l'intérieur du habaki) ? la pointe de la kissaki.

      Le montant est divisé en centimètres par 30,3 pour obtenir les mesures japonaises. Voici un petit tableau de conversion des longueurs de sabre les plus courantes:
      69.69 cm: 2.3 shaku
      71.2 cm: 2.35 shaku
      72.72 cm: 2.4 shaku
      74.24 cm: 2.45 shaku
      75.75 cm: 2.5 shaku
      77.27 cm: 2.55 shaku
      78.78 cm: 2.6 shaku
  • Puis-je commander un sabre personalisé?
      Pour les arts martiaux l'utilité de la balance d'un sabre est beaucoup plus important que son apparence. Vous pourriez avoir une belle épée qui a une balance d'une batte de baseball ... Toujours inutile.

      Nous avons vu beaucoup de gens déçus après avoir attendu 12 semaines et ils ont obtenu leur iaito fabriqué au japon. Belle mais totalement pas ce qu'ils attendaient.
      Le point d'équilibre est trop loin, la poignée est trop grande, trop lourde et la couleur de Tsuka-ito ressemble plus au violet qu'au rouge cramoisi ...
      Cependant vous avez accepté l'achat et la personnalisation (et probablement aussi payé pour ca) donc retourner l'épée n'est pas une option.

      Gardez cela ? l'esprit avant d'envisagez d'acheter un sabre personnalisé.
      Cela s'applique également ? la personnalisation de sabre par la forge Kaneie. Ce sera beau mais nous ne pouvons pas garantir le poids et l'équilibre.

      Pour cette raison, nous offrons des personalisations de deux manières différentes. Veuillez s'il vous plaît nous contacter si vous êtes intéressé ? acheter un sabre personnalisé.

      1) La personnalisation se fait par nous: The Samurai Workshop ou par un de nos artisans affiliés
      pour
      - Une excellente qualité de montage avec un contrôle total sur le processus
      - Peut changer tous les aspects de l'épée
      - L'équilibre de l'épée peut être testé avant de commencer le travail sur mesure
      contre:
      - Liste d'attente actuelle
      - Prix plus élevé pour les travaux de personnalisation

      2) La personnalisation se fait par la forge Kaneie et le sabre nous sera envoyé entièrement personnalisée.
      pour:
      - Moins cher
      - Exellente Qualité Kaneie

      contre:
      - Peut prendre très longtemps en raison des cycles de production de la forge
      - Équilibre inconnus du sabre
      - Vous Ne pouvez pas utiliser vos propres ornements
      - Vous êtes imité ? certaines couleurs Tsuka-ito

Acier

  • Est-ce que mon sabre peut briser?
      Les Sabres japonais peuvent très certainement briser car ils sont considérés comme les lames les plus légère et les plus mince au monde.
      Ce n'est que grâce ? sa structure interne et a son trempage qu'il est extrêmement robuste malgré sa silhouette mince.
      Casser n'est cependant pas très répandue et depuis le sabre japonais a été spécialement conçu pour ne pas se casser, mais bien se plier ? la place.

      Heureusement, la plupart des aciers modernes sont beaucoup plus résistants et souples que les aciers au carbone traditionnels.
      l'addition de produits chimiques tels que le manganèse et le silicium permet d'améliorer l'élasticité sans renoncer ? la dureté du tranchant.

      sabre en Tamagahane - étant fabriqués ? partir de sable de fer - ils n'ont pas ces éléments ajoutés.
      Pour assurer la durabilité et éviter la rupture il ya une autre technique utilisée.
      En commençant avec un noyau d'acier doux / doux (shingane) et stratification avec une enveloppe en acier dur (hagane), les chocs internes et contrainte de choc sont absorbés et distribués.

      La structure interne d'un sabre est appelé gitae.
      on peut retrouvé plusieurs gitae historiquement, mais les techniques de laminage les plus courants sont maru (aucune lamination) et kobuse ( composé d'une couche intérieur de basse teneure en carbone et d'une couche extérieure a haute teneure en carbone ).
  • qu'est-ce qu'un 'polissage traditionel'?
      Une des choses les plus importantes du sabre japonais est le polissage. Un mauvais polissage peut ruiner un sabre tandis qu'un polissage de qualité peut accroître la valeur du sabre.

      Pour bien polir un sabre vous avez ? travailler sur au moins 6 ? 8 pierres. Vient d'abord la base de façonnage, le raffinage de la forme de base et enfin le 'maquillage' de l'acier.
      Chaques pierres qui suivent la précédente devient plus fine et enlève les rayures de la pierre précédente.
      Aussi chacune des pierres a des caractéristiques uniques qui prépare l'acier pour la prochaine pierre qui affine les détails esthétiques une après l'autre.

      Nous parlons de polissage traditionel quand au moins les quelques dernières étapes dans le polissage sont toutes faite avec des pierres naturelles (pierres Nagura-do, uchigumori-faire, hazuya, jizuya).
      En outre, il est important qu'aucun acides soit utilisés pour augmenter le contraste de l'habuchi (ligne de trempe) ou hada (motifs de pliage) ou blanchir le hamon.

      La règle générale est que les matériaux synthétiques de polissage assurerons TOUJOURS une surface brillante. Les pierres japonaises de polissage (naturelle) ont la capacité unique de polir une surface pour qu'elle soit mate.

      Bien qu'un sabre de re-production de faible et ? moindre coût ont souvent une surface brillante, un sabre traditionnellement poli aura toujours une surface mate au niveau du ha (surface de coupe).

      Notez que le mune (dos) ainsi que le Shinogi-ji ou bo-hi (zone de la ligne de crête côté vers l'arrière) sont censés refléter brillant.
      Cependant, ces pièces rodée dans un aspect miroir au lieu de poli.

      Une règle générale est qu'un bon polissage vous coûtera environ 30-50% de la valeur du sabre.
  • Est-ce que les sabres sont polis ? la main?
      Les sabres sont tr�s certainement poli ? la main. L'utilisation d'outils �lectriques peut chauffer la lame et provoquer un recuit de l'acier, qui est le retour ? un �tat mou de l'acier.
  • Qu'est-ce que le Tamahagane?
      Tamahagane peut être traduit comme 'acier joyaux'.
      Métallurgiquement parlant, le Tamahagane est un minerai d'acier ? base de sable de fer et de charbon de bois (carbone).
      Ces deux matériaux sont fondus dans une fournaise également connu sous le nom de tatara. Le fer et des éléments de carbone se fusionneront ensemble et deviendront un minerai d'acier connu sous le nom de tamahagane.

      il ne reste plus que quelques tatara restant dont le plus important est situé dans le village de Yokota, préfecture de Shimane.
      Le processus est sous la stricte supervision de l'organisation nommée NBTHK (Nittoho), qui contrôle également la vente et la répartition du minerai.

      Le «Nittoho Tatara» est allumé seulement en hiver profond, quand l'air est au plus sec.
      Au cours de cette période d'environ trois semaines, il est possible de créer un maximum de trois lots de Tamahagane, puisque le processus prend 7 jours ? terminer.

      En raison de cette offre limitée de Tamahagane, les prix sont élevés et de nombreux forgerons de sabre débutant ne peuvent pas se le permettre.
      Pour cette raison, beaucoup d'entre eux utilisent un mélange appelé orishigane (restes de copeaux d'acier).
      Ils utilisent des vieux clous, copeaux de fer et tout autre matières pour former la base de l'acier.
      En ajoutant (ou en excluant) du charbon de bois et de la paille de leurs mini-tatara (souvent fait maison) ils peuvent contrôler la teneur en carbone de leur minerai d'acier Oroshigane.

      Puisque le processus de production Tamahagane est si lourdement réglementés par le gouvernement et l'organisation NBTHK il n'est pas possible pour les forgerons de sabre licensé d'utiliser ou acheter du Tamahagane nittoho.

      Heureusement, en dehors du Japon il n'y a aucune lois contre la construction d'un tatara et faire votre propre tamahagane.
      L'important est de savoir que le sable de fer utilisé dans Nittoho tamahagane (satetsu ~ vert foncé / sable de couleur fer) ne peut être trouvée seulement dans l'extrême nord du Japon.
      L'impureté et la composition chimique exacte de ce sable déterminent les détails visuels du Tamahagane.

      Cela signifie que l'acier Tamahagane fait d'autres sable de fer peuvent montrer une certaine différence dans la coloration et la fonctionnalités que le 'vrai Tamahagane' fait de sable satetsu.
  • Qu'est-ce que l'acier 1095?
      Ce type d'acier est une acier ? haute teneur en carbone très commun. Il peut être durci ? l'eau pour donner un acier d'un beau blanc bleuté avec d'excellentes qualités de durabilité du tranchant.
      le durcicement sélectif entraînera une hamon clair qui peut être polie dans un hamon blanc de style kesho Hadori.

      En plus de l'habituel carbone et fer, l'acier AISI 1095 contient également un faible pourcentage de manganèse, de chrome et de silicium pour la résistance ? la rouille et une meilleure flexibilité.

      l'acier tamahagane traditionnel recherché (kawagane) comprend entre 0,8 et 1,1% de carbone. l'acier AISI 1095 contient (comme son nom l'indique) 0,95% de carbone.
      L'acier 1095 est une moyenne parfaite sur ce point.
  • Qu'est-ce que l'acier T10?
      Acier T10 est également connu comme acier ? outils. Il est l'acier le plus commun sur le marché et, par conséquent, le moins cher.
      Ne confondez pas cela pour un acier de moins bonne qualité. L'acier ? outils T10 a le plus de similitudes avec le tamahagane que n'importe quel autre acier disponibles sur le marché.

      La base de l'acier T10 est le carbone et le fer. La teneur en carbone se situe entre 1,0 et 1,1% avec des ajouts de petites augmentations de performance.
      Toutefois, il est inférieur ? l'acier 1095 de sorte que vous pouvez dire l'acier est un peu plus pur.

      Le polissage de l'acier T10 dans le style kesho Hadori nécessite des pierres très spécifiques en raison de sa surface dure.
      Cependant, depuis 2012, Kaneie sword Art ? Lhabileté d'effectuer également un polissage kesho Hadori sur des lames en acier T10.
      Le côté positif du polissage traditionnel sur l'acier T10 est que nugui réagit beaucoup mieux en raison de la simplicité de l'alliage.

      Les aciers 1095 et T10 sont si semblables qu'il est presque impossible de les identifier sans équipement de recherche métallurgique.

Koshirae

  • Quels matériaux sont utilisés pour les ornements du sabre?
      Les ornements sur nos épées sont principalement composées de fer, d'acier, de cuivre ou de laiton. Dans certains cas, le cuivre ou le laiton ont été plaqué argent.

      les ornements de sabre de qualité sont toujours faites ? partir d'un matériau de duretée modéré ? élevée.
      Les matériaux traditionnels sont le cuivre (ou shakudo), le fer, l'acier et l'argent (ou shibuichi). À partir De la période Edo ? l'ère la plus recente, le laiton peut être retrouvé sur le sabre.

      Nous n'utilisons pas d'argent massif ou d'or pour les ornements. Nous croyons que ca ferait monter le prix inutilement et ils sont souvent trop mous pour faire des ornements appropriés.

      Les ornements de sabre sont souvent divisés en deux groupes. Le premier groupe est le type simple et pratique. Les koshirae de style Satsuma et higo sont des exemples parfait de ce groupe.
      Des matériaux comme l'acier, le fer, le cuivre et le laiton sont souvent utilisés.

      La seconde est appelée «kinko» et représente le type le plus luxueux de monture épée.
      Le terme peut être traduit par «travailleur d'or» ou «bijoutier» et est donné aux montures de sabre qui sont plus artistique.
      Vous trouverez ici des matériaux plus coûteux tels que shakudo ou shibuichi souvent combinés avec des incrustations d'or ou d'argent ou des recouvrement. En général, le niveau de l'artisanat est très élevé.
      Notez qu'il existe un grand nombre de kinko-Koshirae qui n'ont jamais été monté sur une épée et n'ont été fabriqué qu'en tant qu'objet d'art.

      Un autre type distinct de tosogu sont les habaki (col) et les seppa (espaceur); ceux-ci ne peuvent ne pas être fabriqué d'un matériau dur tel que l'acier.
      Le habaki et le seppa sont destinés ? absorber les chocs ? l'impact.
      L'utilisation d'un habaki d'acier transmettrait la force de l'impact directement sur le tsuka qui pourrait se fissurer.
      Cette force pourrait aussi endommager le hamachi et le munemachi de la lames et dans le pire des cas, briser la lame.

      les Seppa et habaki sont fait principalement de cuivre ou de laiton. Dans certains cas, ils sont revêtu de feuilles d'or ou d'argent.
  • Quel bois est utilisé pou la confection des saya?
      Kaneie Sword Art n'utilise que du bois qui est traditionnellement utilisé au Japon: bois Kiri ou bois Honoki.
      La Tsuka, le saya et le Shirasaya exigent que le bois soit absolument dénué d'acide et de résine, qui est une caractéristique très rare.
      les bois Kiri et Honoki ont un grain très fin, doux et très résistant ? la déformation.
      La douceur du bois et le manque de résines et d'acides permet d'éviter les rayures et l'oxydation de la surface polie.

      les bois Kiri et Honoki sont des bois très léger et doux. Un degainage imparfait (nukitsuke, nukiuchi) et la technique de rengainage (noto) peut sévèrement endommager le saya.
      D'autres marques peuvent utiliser d'autres bois dur (plus dur) pour leur saya qui peut prendre plus d'abus. Toutefois sachez que ce n'est pas la voie traditionnelle.

Art martial

  • Mon tsuka devient branlant, puis-je remplir l'espace avec un morceau de carton en forme de seppa?
      Même si un morceau de carton peut fonctionner pour une courte période de temps, vérifier de temps en temps si vous pouvez en ajouter un seppa en laiton ou en cuivre pour remplir l'espace.
      Vérifiez également si le mekugi est endommagé et si il doit être remplacé.

      Un morceau de carton ne sera pas un danger direct, mais vous devez prêter attention ? ce que votre sabre a ? dire.
      Un espace supplémentaire dans la tsuka signifie que la lame a de la place pour se frapper contre le bois ? chaque coup (et ajouter un stress important au mekugi).
      Ceci peut causer la fissuration de la tsuka.

      Placez une feuille de papier contre le mur et essayer de frapper ? travers le papier. Vous ne réussirez pas.
      Toutefois, si vous permettez ? un ami de tenir le papier en l'air le papier est très fragile et se déchire presque instantanément.
      Le mur empêche le papier de changer brusquement sa forme, en le protégeant de la déchirure.

      Le sabre japonais est entièrement construit ? partir de matériaux naturels et organiques qui sont sujettes ? l'usure.
      La différence entre une épée forte et fragile peut être aussi petit qu'un espace de 0,5 mm dans votre manche.
  • Est-ce que ma lame besoin d'une ou deux Mekugi (rivet de bambou)?
      Les sabres japonais Authentiques étaient équipés d'un seul mekugi. Cela devrait être suffisant si la poignée a été faite correctement (avec une friction maximale autour de la nakago).
      Toutefois, si un samouraï aurait estimé que sa poignée de sabre devenait lâche, il aurait tout simplement envoyé son sabre se faire réparer par le sayashi du village (saya-maker) et le tsukamakishi (tresseur de manche).
      Dans les temps actuels, le remplacement d'une poignée de sabre peut être une tâche très coûteuse et ce ne sont pas toutes les villes qui a des artisans dans ce domaine.

      Pour cette raison, il peut être une bonne idée d'avoir deux Mekugi. Les pratiquant n'ont pas toujours l'expérience nécessaire pour localiser, reconnaître et réparer les problèmes d'un sabre.
      Un second rivet peut juste vous sauver la vie ou celle de quelqu'un d'autre.
  • Dois-je m'entraîner avec un iaito ou un shinken?
      Sans aucun doute il ne faut jamais commencer une formation d'escrime avec un sabre affutée. Quel que soit le talent ou l'expérience dans d'autres arts martiaux.

      Tout d'abord, il ya le risque de vous blesser en raison des techniques assez compliquées comme nukitsuke (nuki-uchi ~ dégainage de l'épée) et noto (rengainage de l'épée dans le saya).
      Notez que votre main gauche est déplacée très près de la lame tranchante comme un rasoir et même un léger toucher sur votre peau coupera cette dernière.

      deuxièmement, les dommages du saya (qui peuvent être potentiellement dangereux) dépend de la technique.
      La rainure dans laquelle le tranchant doit traverser est environ 2 mm de large et peut-être de 1 ? 1,5 mm de hauteur.
      En raison de la courbure du sabre, il est extrêmement difficile de ne pas toucher les Côtés ou le haut de l'intérieur du saya
      Faire cela ? plusieurs reprises va surement lentement tailler le bois de l'intérieur et finalement amener ? la fente.

      Souvent, il se fend exactement où votre main gauche repose sur la saya. Même la géométrie d'un iaito émoussé est suffisamment nettes pour endommager lentement le saya.
  • De quel longueur de lame ai-je besoin?
      Il ya quelques tableaux disponibles en ligne qui offrent une indication statique de la longueur du sabre par rapport ? la longueur du corps.
      Bien que parfois ils peuvent fonctionner pour les écoles modernes de Iaido ZNKR comme Muso Shinden Ryu ou Muso Ryu Jikiden Eishin, ils sont trop générique et ne comptent pas nombreux facteurs pertinents.

      Dans les anciens arts martiaux japonais la bonne longueur de sabre des pratiquants est déterminée par:
      - La taille de la personne
      - La longueur des bras et des jambes
      - Le rapport entre le corps inférieur et supérieur
      - La flexibilité du poignet
      - La largeur de la main
      - L'école d'escrime japonaise (Ryu-Ha) qui est pratiquée

      Le meilleur moyen est de consulter votre sensei et obtenir des conseils sur le type d'épée et la longueur de sabre qui vous vont le mieux.
  • De quel longueur de tsuka (manche) ai-je besoin?
      Traditionnellement le manche d'un daito (jusqu'? 3 shaku) est d'environ 35% de la longueur totale de la lame.
      Par exemple: la poignée d'une épée de 2,3 shaku (environ 70 cm) peut avoir une tsuka d'environ 24,5 cm. Une épée avec un Nagasa de 2,6 shaku (environ 79 cm) peut avoir une poignée de 27,65 cm.

      Cependant, ce n'est qu'un guide et ne compte pas sur le fait que les pratiquant modernes peuvent avoir les mains beaucoup plus grandes que le samouraï classique.
      Dans ce cas, vous pouvez également suivre la règle suivante:

      La poignée ne doit pas être plus longue que les deux poings et 2-3 doigts.
      Une tsuka court ou plus long va changer l'équilibre et l'effet de levier du sabre et ceci, peut réduire l'efficacité des techniques de sabre japonais.
      Aussi on doit être capable de poignarder avec le sabre (Ha vers le haut) en appuyant sur le pommeau de la poignée (kashira), sans avoir ? changer la poigne de la main droite.